L'avenir des trains Intercités normands

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'avenir des trains Intercités normands

Message par Auriom le Mar 19 Jan 2016 - 14:52

Le président de région Hervé Morin était à Matignon hier. Parmi les sujets évoqués avec le premier ministre, l'avenir des Intercités normands, et en particulier les deux lignes-phares Paris/Rouen/Le Havre et Paris/Caen/Cherbourg.

Aurait été évoqué un passage à la région de la gouvernance des trains en échange d'un engagement de l'Etat à prévoir un "plan de rattrapage" et à acheter les nouvelles rames tant annoncées.

InfoNormandie.com a écrit:Hervé Morin à Matignon pour évoquer les grands dossiers normands avec Manuel Valls

Publié le Lundi 18 Janvier 2016 à 19:22 I Mis à jour le 19/01 - 13:29

[...]

Dessertes ferroviaires

Hervé Morin a fait part au Premier ministre de sa volonté d’obtenir rapidement de l’État des investissements en matériel pour améliorer la situation du transport ferroviaire en Normandie - principalement sur les deux grandes lignes : Paris - Rouen - Le Havre et Paris - Caen - Cherbourg - en contrepartie de la reprise de la gouvernance des Intercités par la Région.

« La Région est prête à prendre la gouvernance des trains Intercités mais en contrepartie, il faut que l’Etat soit au rendez-vous de ses propres responsabilités et qu’il lance un vrai plan de rattrapage pour les dessertes ferroviaires normandes. Ces lignes appartiennent à l’État, elles sont gérées par l’État. De plus, si l’on veut relancer la croissance, favoriser l’industrie ferroviaire en difficulté, il faut acheter des trains pour la Normandie » a déclaré le président de la Région Normandie.

[...]

Le Premier ministre s’est engagé pour sa part à procéder à un examen rapide et approfondi de ces différents points dans la perspective du séminaire avec les Présidents de Région qui aura lieu dans les prochaines semaines, indiquent les services d'Hervé Morin, dans un communiqué.
(Voir ici.)

Que la région reprenne la gouvernance des Intercités, qu'est-ce que ça veut dire concrètement ? Ça devient des TER ?

Sur Lineoz, ça s'agite déjà en parlant de fin de la garantie voyage pour les Normands, de la fin du cumul des trajets avec la carte voyageurs...

Si quelqu'un sait réellement ce que ça veut dire en pratique, je suis preneur...

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par dam2 le Mer 20 Jan 2016 - 0:24

Comment dire...

L'état est actuellement l'autorité organisatrice des Trains Intercités. Mr Morin veut récupèrer se pouvoir sur son "territoire"... Comme pour le TER. Mais cela m'inquiète fortement.

De une parce que dans les "temps modernes" aucun fabriquant de trains n'est capable de reproduire le CO ( COnfort) RAIL, quand on voit les TER modernes AGC / TER 2NNG / Regio 2N.
De deux parce que les engins modernes ne proposent pas assez de capacité, je rappel que les corails offrent 720 places (sur 265 m )assises et qu'ils sont rarement vide. Un Regiolis propose la même capacité sur 220 Mètres, À condition d'avoir deux rames en UM....
De trois car la maintenance corail se fait à la voiture (potenciel kilometrique) et les engins modernes sont indéformables.
En cas de panne sur une voiture corail on s'asseoit sur 80 places.... un regiolis en panne égale 360 place en moins sur le train, c'est plutôt bête....

L'exploitation du soir sur lex BN nécessitera au moins 16 rames roulantes donc 20 à 25 rames neuves. Qui dit rame de 110 metres de long dit infrastructure pour la maintenance et actuellement il n'y a aucun endroit sur la normandie... il faudra contruire construire construire... un bâtiment a Cherbourg et un a Caen la région Parisienne n'a plus la côte!

Il ne faut pas oublier dans tout cela la reforme du ferroviaire qui se met en place comme prevue petit à petit et le rapport Duron qui dit bien que seul 4 trains sont nécessaires sur Paris Cherbourg ( 7h10 12h10 17h10 et 18h10 et 19h05 le Vendredi) si on par là l'arrivée d'un nouveau matériel sonnera sûrement le dernier coup sifflet des 7 à 8 trains Paris Cherbourg


Après des rames bimode cela a du bon aussi et je regrette que bombardier n'est pas inventé cela avant. Les rames AGC BiBi mode peuvent parcourir tout le réseau et cela est un gros plus notamment pour les régions comme la normandie ou bon nombre de lignes ne sont pas électrifiées.

dam2
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 337
Date de naissance : 07/04/1992
Age : 24
Localisation : Verson
Signature : Dommage les 16000 nous quitte
Date d'inscription : 21/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Auriom le Mer 20 Jan 2016 - 10:20

dam2 a écrit:L'état est actuellement l'autorité organisatrice des Trains Intercités.
Ça, je sais. Wink

Ce que je me demande, c'est si "prendre la gouvernance" des Intercités veut bien dire :
1) que la région deviendrait forcément l'autorité organisatrice de ces trains ;
2) que le fait que la région soit AO implique nécessairement une transformation en TER ;
3) que ça signifierait donc la fin du régime "grandes lignes" pour la Normandie, avec tous les avantages associés pour le voyageur.

Merci pour tes indications sur le matériel, par ailleurs.

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par dam2 le Mer 20 Jan 2016 - 16:25

Auriom a écrit:
dam2 a écrit:L'état est actuellement l'autorité organisatrice des Trains Intercités.
Ça, je sais. Wink

Ce que je me demande, c'est si "prendre la gouvernance" des Intercités veut bien dire :
1) que la région deviendrait forcément l'autorité organisatrice de ces trains ;
2) que le fait que la région soit AO implique nécessairement une transformation en TER ;
3) que ça signifierait donc la fin du régime "grandes lignes" pour la Normandie, avec tous les avantages associés pour le voyageur.

Merci pour tes indications sur le matériel, par ailleurs.

Alors là, je peux pas te dire mais je ne pense pas que cela deviendra des TER....
Ça fait un peu long 370 km pour des TER...

dam2
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 337
Date de naissance : 07/04/1992
Age : 24
Localisation : Verson
Signature : Dommage les 16000 nous quitte
Date d'inscription : 21/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Geo le Mer 20 Jan 2016 - 22:11

Les Intercités Normands sont déjà des genres de TER express.

J'espère que la Normandie va être la première région à sortir du carcan SNCF... C'est la région ou il serait le plus facile de créer un compagnie privée (CFN Chemins de Fer Normands ?), car les lignes sont déjà physiquement plus ou moins autonomes et déconnectées du réseau National.

L'exploitation par des compagnies indépendantes n'empêche pas d'avoir une tarification nationale compatible. Ce qui fonctionne à l'échelle des régions (réseaux urbains, inter-urbains, TER) peut très bien fonctionner au niveau national.

Geo
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 6942
Date de naissance : 17/10/1987
Age : 29
Localisation : LE HAVRE - le réseau "LiA" exploité par la C.T.P.O.
Signature : LiA - Les Lignes de l'Agglo / C.T.P.O. Compagnie des Transports de la Porte Océane
Date d'inscription : 07/06/2005

http://www.lehavrephoto.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Auriom le Jeu 21 Jan 2016 - 22:50

Sur la question du matériel, le (un peu pontifiant mais bien écrit et bien informé) blog Transportrail a publié aujourd'hui cet article : TET : les raisons d'un appel d'offres.

Et en guise de teasing :
Transportrail a écrit:Bref, intégrer Paris - Normandie à cet appel d'offres ressemble à une fausse manœuvre.

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par dam2 le Ven 29 Jan 2016 - 6:59

Geo a écrit:

L'exploitation par des compagnies indépendantes n'empêche pas d'avoir une tarification nationale compatible. Ce qui fonctionne à l'échelle des régions (réseaux urbains, inter-urbains, TER) peut très bien fonctionner au niveau national.

Je demande à voir... seul une politique des transports collectifs mise en avant par une tarification régionale à bas prix pourra sauver le service public... actuellement combien de gens prennent la voiture car les horaires de bus, le tarif, etc est inadapté. Il faut inventer le ticket valable dans tous les transports régionaux pour un tarif dérisoire.

Je reviens du Luxembourg et quand tu vois le billet de train à 4 € pour 24h avec des trains toutes les 30 minutes sur chaque ligne. Ce ticket permet aussi de prendre certains bus de ville etc...

@+

dam2
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 337
Date de naissance : 07/04/1992
Age : 24
Localisation : Verson
Signature : Dommage les 16000 nous quitte
Date d'inscription : 21/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Geo le Ven 29 Jan 2016 - 22:16

dam2 a écrit:
Geo a écrit:

L'exploitation par des compagnies indépendantes n'empêche pas d'avoir une tarification nationale compatible. Ce qui fonctionne à l'échelle des régions (réseaux urbains, inter-urbains, TER) peut très bien fonctionner au niveau national.

Je demande à voir... seul une politique des transports collectifs mise en avant par une tarification régionale à bas prix pourra sauver le service public... actuellement combien de gens prennent la voiture car les horaires de bus, le tarif, etc est inadapté. Il faut inventer le ticket valable dans tous les transports régionaux pour un tarif dérisoire.

Je reviens du Luxembourg et quand tu vois le billet de train à 4 € pour 24h avec des trains toutes les 30 minutes sur chaque ligne. Ce ticket permet aussi de prendre certains bus de ville etc...

@+

Sans parler de la Suisse, ou le pays entier dispose d'une tarification unique pour les trains, trams, trolleybus, cars postaux, bateaux sur les lacs etc...

La carte Atoumod est une bêtise. Il faut créer une carte régionale type Pass Navigo. Actuellement la carte Atoumod n'à d'avantage que de réunir plusieurs abonnements sur un même support.

Geo
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 6942
Date de naissance : 17/10/1987
Age : 29
Localisation : LE HAVRE - le réseau "LiA" exploité par la C.T.P.O.
Signature : LiA - Les Lignes de l'Agglo / C.T.P.O. Compagnie des Transports de la Porte Océane
Date d'inscription : 07/06/2005

http://www.lehavrephoto.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Décisions attendues sur les Intercités (18 février 2016)

Message par Auriom le Jeu 18 Fév 2016 - 9:54

La mise en musique :

Normandie Actu a écrit:SNCF en Normandie. Le président de Région, Hervé Morin, veut que l'État achète des trains neufs

Le président de la nouvelle Région Normandie, Hervé Morin (UDI), a adressé un courrier au Premier ministre, Manuel Valls. Il demande à l'État d'investir dans des trains neufs.

Mise à jour : 16/02/2016 à 14:04 par Fabien Massin

Président de la nouvelle Région Normandie, Hervé Morin (UDI) reprend un dossier particulièrement épineux et qui touche au quotidien de très nombreux Normands : le trafic SNCF. Jeudi 11 février 2016, il a adressé un courrier au Premier ministre, Manuel Valls (PS). Le constat est bien sûr le même que celui établi par ses prédécesseurs à la Région :

« La desserte ferroviaire de la Normandie est catastrophique. La situation est insupportable pour les dizaines de milliers de voyageurs normands qui se rendent quotidiennement à Paris. Elle est fortement pénalisante pour les entreprises normandes et pour l’image de la Normandie. »

Ligne Nouvelle Paris Normandie : lointaine perspective…

Le constat est clair, et il appelle surtout à des mesures concrètes et rapides. Il y a bien la perspective de la Ligne Nouvelle Paris Normandie, mais elle est encore bien lointaine. « La Ligne Nouvelle Paris Normandie dont la réalisation est attendue, pour les premiers tronçons, au plus tôt en 2030, ne saurait constituer la réponse unique à cette urgence ferroviaire. »
Pour Hervé Morin, la priorité est donc à l’amélioration du réseau existant, ce que passe par l’investissement dans des trains neufs, ou encore l’installation du Wi-Fi dans les rames. Et il appelle l’État à mettre la main à la poche.

« L’État doit acheter des trains pour la Normandie »

« Plus qu’aucune Région, la Normandie a un besoin urgent de trains neufs. Les Normands méritent des trains Intercités ponctuels, confortables et qui offrent une qualité de services correspondant à leurs besoins. Il est indispensable qu’à la réunion interministérielle du 18 février 2016, l’État s’engage dans l’achat de nouveaux trains pour la Normandie. L’appel d’offre actuel ne permettant pas, semble-t-il, la commande de trains Intercités, je souhaite que l’État confie à la SNCF la réalisation de cette consultation pour équiper au plus vite les lignes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-La Havre. »

En « échange » de ces investissements demandés, Hervé Morin propose les services de la Région, comme autorité organisatrice. « Je vous confirme que dans l’hypothèse où l’État  financerait ce plan de rattrapage, je proposerai à l’assemblée régionale que la Région Normandie se substitue à l’État comme autorité organisatrice pour ces deux lignes. »

Fabien Massin

Aujourd'hui devraient donc avoir lieu des annonces sur l'avenir des trains Intercités.
Pour la Normandie, au-delà de cette question du matériel pour les deux grandes radiales, il y a un risque de mauvaise nouvelle pour le Caen-Tours...

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Des portiques à Rouen, Caen et Saint-Lazare ?

Message par Auriom le Jeu 18 Fév 2016 - 10:21

Le directeur des trains Intercités est interviewé dans Le Parisien pour préparer le terrain aux annonces d'aujourd'hui.

Je note au passage ceci :

Jean Ghedira, dans Le Parisien, a écrit:Des portiques d'embarquement qui contrôlent automatiquement les billets sont actuellement testés. Souhaitez-vous en avoir ?

Oui. La fraude coûte chaque année à Intercité entre 30 M € et 50 M €. J'aimerais les déployer sur la lignes vers la Normandie, notamment dans les gares de Saint-Lazare, Rouen et Caen. On a besoin de cet argent.

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par citaro le Jeu 18 Fév 2016 - 10:32

Testé un intercité hier (PSL 18h30) avec annonce de mise à quai retardée (en fait vers 18h20), départ à l'heure, train surchargé avec pas d’arrêt avant Vernon (42 minutes debout).
le contrôleur qui comptait seulement le nombre de passagers, n'a pas osé contrôler, devant le mécontentement des passagers.

citaro
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 911
Date de naissance : 16/02/1946
Age : 70
Localisation : Louviers
Signature : brunocanivet
Date d'inscription : 18/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par citaro le Jeu 18 Fév 2016 - 10:36

J'oubliais: élément simple à deux niveaux au lieu d'un double éléments.
Arrivé à val de Reuil, dans l'autre sens, avec peu de monde un double élément vers Paris !
Il y a un problème de gestion , soit par la SNCF, soit par la définition TER (Région) ou Intercité (Etat)

citaro
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 911
Date de naissance : 16/02/1946
Age : 70
Localisation : Louviers
Signature : brunocanivet
Date d'inscription : 18/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par gx107 le Jeu 18 Fév 2016 - 13:44

Bonjour,
Je ne sais pas ce qu'il en est par chez vous, mais sur les Paris-Cherbourg, seuls deux problèmes sont à déplorer :
1) Le fait que des 15000 soient encore affectées aux Intercités en lieu et place des 26000 qui sont en cours de radiation... La logique SNCF.
2) La circulation difficile entre Mantes et PSL, causée par le trafic très dense en Ile de France.
Je vois difficilement en quoi changer le matériel viendra résoudre un problème de trafic parisien... car c'est bien le seul problème, voila des mois que je fais Cherbourg-Caen en Intercité, et jamais eu la moindre minute de retard, ni aucun souci de confort, les rames ayant été rénovées il y a moins de 10 ans.
Bonne journée Wink

gx107
Nouveau

Masculin Nombre de messages : 9
Date de naissance : 30/06/1916
Age : 100
Localisation : France
Date d'inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Geo le Jeu 18 Fév 2016 - 21:32

La ligne Paris / Caen / Cherbourg n'est pas la pire.

La ligne Paris / Rouen / Le Havre subit un trafic voyageur + fret intense et il n'est pas rare de subir des retards au départ même du Havre direction Paris à cause de l'encombrement des voies.

Geo
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 6942
Date de naissance : 17/10/1987
Age : 29
Localisation : LE HAVRE - le réseau "LiA" exploité par la C.T.P.O.
Signature : LiA - Les Lignes de l'Agglo / C.T.P.O. Compagnie des Transports de la Porte Océane
Date d'inscription : 07/06/2005

http://www.lehavrephoto.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Où en est-on ?

Message par Auriom le Ven 15 Avr 2016 - 23:17

On n'avait pas donné suite aux annonces de février (au passage, il n'y avait vérification faite rien de neuf dans les annonces de M. Morin : il ne faisait que poursuivre ce qui avait été initié par les précédentes équipes).

Point de situation (sans le moindre recul de la part de son auteur...) :

Normandie-Actu a écrit:Enfin des trains neufs en Normandie ? Comment la Région négocie avec l'Etat

La Région Normandie est actuellement en discussion avec l'État pour déterminer les modalités de l'échange : la Région reprend la gestion des trains, l'État en finance des neufs.

Mise à jour : 15/04/2016 à 11:45 par Fabien Massin


La Région Normandie négocie actuellement avec l'État les modalités de la reprise de la gestion des trains Intercités, contre l'achat de trains neufs. (Photo d'illustration DR)

Dans le dossier ferroviaire, qui concerne des milliers d’habitants au quotidien, en Normandie, le nouveau président de Région, Hervé Morin (UDI), a proposé un « deal » à l’État : la Région reprend la gestion des trains Intercités, en échange de quoi l’État finance des trains neufs. Lors de la présentation de ses 100 premiers jours, mercredi 23 mars 2016, Hervé Morin annonçait que « l’objectif est de parvenir à un accord d’ici deux-trois semaines. Pour l’industrie ferroviaire, les marchés attendus sont très importants. Les commandes s’élèveront à 700-750 millions d’euros, pour avoir quelque chose de convenable. Si l’opération réussit, les premiers trains neufs arriveront en 2019. » Trois semaines après, l’accord n’est pas finalisé, néanmoins, les négociations se poursuivent. Interrogée par Normandie-actu, la Région Normandie dresse un point d’étape.

Un principe acquis

Hervé Morin a rencontré, lundi 11 avril 2016, à Paris, Alain Vidalies, secrétaire d’État en charge des Transports, pour évoquer avec lui la question ferroviaire normande. Si le principe de la reprise de la gouvernance des lignes Intercités normandes par la Région, en contrepartie de l’achat par l’État de matériel neuf, avait déjà été acté lors d’une précédente rencontre en février dernier, les modalités de ce transfert font encore l’objet de discussions. Cette nouvelle réunion de travail a permis de faire avancer la négociation.

Quatre point précis à affiner

« Outre les questions déterminantes que constituent la date d’effet d’un éventuel transfert des trains Intercités normands à la Région et le montant de l’enveloppe que l’État serait prêt à consacrer pour le renouvellement des deux lignes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre, Hervé Morin a fait valoir auprès d’Alain Vidalies quatre points qu’il faudra nécessairement affiner pour mener à bien ce dossier :

• La communication par la SNCF de l’état réel des comptes pour les lignes Intercités normandes
• La compatibilité des matériels à l’étude avec l’infrastructure (gares, tunnels, etc…)
• La relation avec les régions partenaires et en particulier l’Ile-de-France
• Le temps nécessaire à l’optimisation des réseaux de transport en Normandie, la Région ayant vocation à prendre en charge, outre les actuels trains régionaux et les trains Intercités, les transports de voyageurs sur route. »

« Un travail important reste à accomplir »

Si cette rencontre a conforté l’optimisme du président de Région quant à la capacité de l’État à accompagner la Région Normandie dans sa volonté de répondre rapidement à l’urgence de la situation ferroviaire en Normandie, il reste un travail important à accomplir. C’est pourquoi Hervé Morin prendra contact très prochainement avec le Premier ministre, Manuel Valls, afin que les deux parties se donnent les meilleures chances d’aboutir à un accord ferme et définitif.

Fabien Massin
Journaliste à Normandie-actu

En résumé :
- La régionalisation de la gouvernance des Intercités est confirmée. Mais personne ne pense à expliquer aux usagers ce que ça voudra dire concrètement pour eux.
- Hervé Morin parle de trains neufs peut-être en 2019.
- Rien n'est finalisé.

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par gavatx76 le Ven 15 Avr 2016 - 23:42

Et il y a quelque chose du financement?

gavatx76
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 107
Date de naissance : 26/02/1970
Age : 46
Localisation : Catalunya
Date d'inscription : 06/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Auriom le Sam 16 Avr 2016 - 17:59

Il ne faut pas trop attendre de la presse gratuite ! Evil or Very Mad

On trouve ceci dans cet article de Paris-Normandie datant de lundi :

Paris-Normandie a écrit:Il y a encore trois semaines, la Région Normandie chiffrait à 750 millions d’euros l’achat nécessaire de trains neufs pour les deux lignes précédemment citées. Aujourd’hui, sur cette question, « l’Etat progresse », commente simplement Hervé Morin, qui se refuse à divulguer ni commenter le moindre chiffre. « Au départ, nous étions assez loin du montant envisagé, mais on s’en approche... » Même prudence lorsqu’il s’agit de situer sur le calendrier une probable date de prise de gouvernance de la Région. « Nous avons besoin de temps », affirme son président, qui souligne plusieurs points à affiner désormais : la prise en compte d’un certain nombre de facteurs techniques, le développement du dialogue avec la région Île-de-France présidée par Valérie Pécresse (Les Républicains)... Mais aussi « l’appréhension réelle de l’état des comptes de la SNCF », tacle Hervé Morin à l’égard de la société. Car « aujourd’hui c’est pour le moins obscur : nous voulons disposer des comptes ouverts, précisément ligne par ligne ».

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Signature de la convention Etat-région pour le transfert des Intercités normands

Message par Auriom le Mer 27 Avr 2016 - 11:32

On n'a pas encore rendu compte de la visite du premier ministre lundi au Mont Saint-Michel, qui officialise le transfert de la gouvernance des Intercités normands (Paris-Granville, Caen-Tours et Paris-Serquigny) en échange de l'achat de nouvelles rames.
Comme l'impose le jeu politique, le président de région a continué à être d'une mauvaise foi crasse en se présentant en sauveur alors que tout était plus ou moins engagé depuis longtemps. Rolling Eyes

Ouest-France a écrit:Valls annonce 720 millions d'euros pour les trains normands

Normandie - Modifié le 26/04/2016 à 11:53 | Publié le 25/04/2016 à 20:50 - 0


Manuel Valls a annoncé lundi au Mont Saint-Michel le déblocage de 720 millions d'euros pour l'achat de nouveaux trains qui desserviront la Normandie.

« Pour la première fois, l'Etat, en lien avec la SNCF, va transférer à une région la responsabilité des trains d'équilibre du territoire » (intercités), a expliqué le chef du gouvernement, juste avant de signer une convention en ce sens avec le chef du conseil régional de la nouvelle Normandie unifiée, Hervé Morin (UDI), qui a une nouvelle fois dénoncé la vétusté du réseau actuel.

En échange de ce transfert de responsabilité dévoilé en février, l'Etat va financer, à hauteur de 720 millions d'euros, l'achat de matériel roulant destiné aux deux principales lignes de la région: l'axe Paris-Rouen-Le Havre et l'axe Paris-Caen-Cherbourg.

45 nouveaux trains
« L'Etat s'engage à financer le renouvellement intégral des trains devenus obsolètes » sur ces deux lignes, a assuré le Premier ministre sous les voûtes gothiques de l'abbaye du Mont Saint-Michel.

Interrogé, le président de la SNCF Guillaume Pepy a précisé que cet investissement permettrait d'acheter 45 trains. M. Morin a indiqué de son côté que les premières rames seraient livrées en 2019.

La SNCF, qui est liée par un contrat de plan avec l'Etat et la région, doit aussi financer d'ici à 2020 600 millions d'euros supplémentaires pour la modernisation des voies sur ces deux lignes principales ainsi que trois autres: Paris-Granville, Paris-Evreux et Caen-Le Mans, a ajouté M. Pepy.

« Expertiser les comptes »
M. Morin a souligné que la région déciderait rapidement de l'achat du matériel roulant afin de remplacer les trains Corail en service sur les lignes normandes depuis bientôt 40 ans. Il a aussi déclaré qu'il faudrait « expertiser les comptes », la région devant prendre en charge le déficit des lignes qui lui sont transférées (35 millions d'euros par an).

En souvenir de la visite du Premier ministre, Hervé Morin lui a offert un rail, ou plus exactement un morceau de la voie ferrée qui assurait jadis la liaison entre le Mont Saint-Michel et la petite ville voisine de Pontorson.

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Matériel pressenti

Message par Auriom le Mer 27 Avr 2016 - 11:40

Et puisqu'on lit de ci de là que le matériel Omneo Premium de Bombardier serait pressenti, voici comment le constructeur affiche la bête. Qui pourrait donc circuler sur les lignes normandes d'ici trois-quatre ans.








(Images Bombardier)

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Un peu plus de détails

Message par Auriom le Mer 27 Avr 2016 - 12:12

Et un article un peu plus détaillé dans Normandinamik (les mises en gras sont de moi) :

Normandinamik a écrit:Manuel Valls et Hervé Morin scellent un accord ferroviaire historique

27 Avril 2016

Dans la salle de Belle chaise de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, l’abbé du célèbre sanctuaire « au péril de la mer » a rendu la justice, du milieu du XIIIème siècle à la Révolution. Plus prosaïquement, les lieux ont servi lundi soir de cadre à la signature d’une convention de transfert, à l’horizon 2020, des lignes dites des Trains d’équilibre du territoire (TET) entre le Premier Ministre Manuel Valls et le président UDI de la Région Normandie, Hervé Morin. L’accord porte sur les sillons Paris–Caen–Cherbourg comprenant la desserte de Trouville-Deauville, Paris–Rouen-Le Havre, Paris-Granville, Paris–Evreux-Serquigny et Caen-Le Mans-Tours. Il prévoit qu’à l’horizon 2020, la Région devient l’autorité organisatrice de ces lignes en lieu et place de l’Etat comme elle l’est déjà pour les lignes TER, strictement régionales. La collectivité en supportera donc la charge et les déficits, à hauteur actuellement de 35 M€ par an, avec la perspective, grâce à une meilleure gestion, de les réduire et surtout d’améliorer la qualité de service. L’objectif est de renouveler un matériel totalement « à bout de souffle » et mettre fin « à une dégradation insupportable du service », selon Hervé Morin.

La contrepartie obtenue sera le financement par l’Etat du renouvellement des matériels roulants des deux lignes, Paris–Caen–Cherbourg et Paris–Rouen–Le Havre, pour un montant de 720 M€. « Je remercie le Premier ministre d’avoir enfin entendu les Normands », a lancé Hervé Morin qui a atteint son objectif en quatre mois, depuis son élection à la tête de la Région : convaincre le gouvernement de s’engager dans cette coopération ferroviaire « audacieuse et innovante » qu’il avait défendue pendant la campagne des élections régionales en opposition avec la gauche et notamment le président sortant de la Haute-Normandie et chef de file des socialistes, Nicolas Mayer-Rossignol. En d’autres lieux, il avait reproché « l’immobilisme » de ses deux prédécesseurs socialistes de Haute et Basse-Normandie qui se sont bornés « à renvoyer la balle vers l'Etat et aux premiers tronçons de la Ligne Nouvelle Paris-Normandie (LNPN) prévus en 2030 ». Une critique qui n’empêche pas de reconnaître également que la Région Normandie s’est affirmée comme la grande collectivité des mobilités « parce qu’elle a investi depuis des années dans le ferroviaire ». Hervé Morin a cité en particulier la ligne Intercité Paris-Granville (300 M€ dont plus de 140 M€ pour le matériel roulant financé à 100 % par la Région) et la ligne TER Caen–Rennes (80 M€ de travaux entre Lison et Pontorson).

Au Mont, devant une délégation imposante de l’Etat et de nombreux élus normands, il a enfoncé le clou : « La Normandie fait œuvre de pionnière en devenant la première Région française à assumer une compétence particulièrement lourde et complexe en lieu et place de l’Etat », a-t-il déclaré. Avec toutes conséquences qui en découlent : La Région aura ainsi la charge de l’entretien des trains et elle prévoit un nouvel atelier de réparation à Caen en plus de ceux en service à Sotteville-lès-Rouen et Granville. Il assure que ce choix qui va au bout de la logique du rapport Duron sur l’avenir du ferroviaire n’est pas contradictoire avec le projet LNPN. Au contraire. « Si à l’horizon 2030-2035 on perd la moitié ou les deux tiers du trafic qui peut croire qu’on sera prêt à investir des milliards dans la LNPN ? », s’est-il interrogé, en mettant en garde contre le développement de la concurrence. « Là où le train ne marche pas le car est en train de s’installer », prévient-il.

De son côté, le Premier ministre qui a salué le Mont-Saint-Michel comme « une des incarnations de notre pays » et « un joyau invitant à regarder vers le futur » a décrit cette convention comme un effet de la réforme territoriale. « Tout cela a été permis parce qu’on a des régions plus grandes qui peuvent bâtir des politiques adaptées aux territoires », a-t-il déclaré en soulignant la capacité des uns et des autres « à travailler ensemble ». A l’adresse du président de région centriste, le premier ministre socialiste a souligné l’importance des 720 M€ d’engagement de l’Etat « un chiffre qui scelle notre accord ». Au-delà de la Normandie, Manuel Valls avait, sans doute, aussi en tête l’idée que cette opération pourrait être dupliquée voire généralisée en France.

La signature de cette convention ouvre une intense période d’échanges entre les différentes parties prenantes, d’au moins trois ans. La Région Normandie, l’Etat et SNCF vont devoir s’accorder sur le choix du matériel roulant « le plus adapté à la Normandie », la délicate expertise des comptes des lignes transférées et de leur déficit réel. Il faudra aussi dialoguer avec la Région Île-de-France et le Syndicat des transports d’Île-de-France (STIF) pour régler l’épineuse question de l’accès dans les meilleures conditions possibles à la gare Saint-Lazare pour les trains normands.

Les réactions après la signature de la convention Etat-Région sur le ferroviaire

L’ex-président PS de la Région Haute-Normandie Nicolas Mayer-Rossignol craint que cette « régionalisation » des trains ne conduise à « mettre la LNPN sur une voie de garage ». Il estime que ce projet aujourd’hui repoussé à l’horizon 2030 reste « la seule bonne réponse aux attentes des Normands », dans ce domaine. « Ce n’est pas parce qu’un train est neuf qu’il est moins en retard », écrit-il. Il s’est enfin interrogé sur le financement du déficit de 35 millions d’euros par an ces lignes qui va se retrouver à la charge de la Région.
Le député-maire LR du Havre Edouard Philippe se félicite de la signature de la convention. « Grâce à cet accord, la ligne Paris-Rouen-Le Havre bénéficiera dès 2020 de nouvelles locomotives et de nouveaux wagons, permettant plus de confort et un meilleur service ». Mais il a, comme Nicolas Mayer-Rossignol, souligné que cette nouvelle ne devait pas « faire oublier que l’essentiel de l’amélioration de la desserte reposera sur la construction de la LNPN, de Paris jusqu’au Havre ».
Les cheminots CGT se disent attachés à « un cadre opérationnel intégré » tel qu’il est issu de « la nationalisation des chemins de fer des réseaux géographiques du 1er janvier 1938 ». Ils estiment que la mise en œuvre de la régionalisation des trains reviendrait à « un retour à la structuration ferroviaire du début du 20ème siècle ».
Pierre Louvard (EELV) regrette que l’Etat abandonne ainsi ses « prérogatives ». Il rappelle que la Région devra prévoir l’amortissement et le remplacement des rames dont elle devient propriétaire. Il estime que les petites commandes « régionalisées » qui pourraient fleurir si le modèle fait école dans d’autres régions ne sauraient suffire à assurer la pérennité de l’industrie ferroviaire française.

Source : ANI

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par gavatx76 le Mer 27 Avr 2016 - 21:05

Ha, si il y a une citation de Du Bellay dans le Bombardier... Mais le matériel n'existe pas encore au jour d'aujourd'hui, non?

gavatx76
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 107
Date de naissance : 26/02/1970
Age : 46
Localisation : Catalunya
Date d'inscription : 06/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par gavatx76 le Mer 27 Avr 2016 - 21:11

L'accord Région-Etat ne risque-t-il pas de coûter fort cher à la région Normandie? (Ça, SuperMorin évite de le dire, il aura le temps d'en rejeter les causes sur ses prédecesseurs!)

gavatx76
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 107
Date de naissance : 26/02/1970
Age : 46
Localisation : Catalunya
Date d'inscription : 06/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Auriom le Jeu 28 Avr 2016 - 11:43

gavatx76 a écrit:Ha, si il y a une citation de Du Bellay dans le Bombardier...
Il faut prendre des auteurs normands ! Laughing

gavatx76 a écrit:Mais le matériel n'existe pas encore au jour d'aujourd'hui, non?
Il faudrait qu'un spécialiste ès matériels nous réponde là-dessus mais de ce que je comprends, l'Omneo premium est une version grandes lignes de la gamme Omneo dont sont issus les Regio 2N qui, eux, existent déjà.

gavatx76 a écrit:L'accord Région-Etat ne risque-t-il pas de coûter fort cher à la région Normandie? (Ça, SuperMorin évite de le dire, il aura le temps d'en rejeter les causes sur ses prédecesseurs!)
Probable. D'un autre côté, il semble que les deux grandes radiales vers Rouen/Le Havre et Caen/Cherbourg étaient rentables. Donc ça peut être une base de départ à peu près saine et permettre de compenser les autres lignes déficitaires.

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par gx107 le Lun 2 Mai 2016 - 0:33

Bonsoir,
Donc en gros, on a des lignes Intercités Normandie qui sont les seules relations intercités rentables de France, dont le matériel roulant à été rénové en 2007 et est apte à V200 à la condition d'avoir des Sybic, ce qui est désormais presque tout le temps le cas. (On peut quand même s'étonner que des 15000 assurent des relations Paris/Cherbourg (donc à seulement V160) alors que dans un même temps une grande quantité de 26000 (aptes à V200) sont radiées. Pour beaucoup, elles sont radiées car elles portent l'indice maudit, le 4 (Fret), mais pour d'autres, il s'agissait bel et bien de matériels CIC.)
Le seul vrai souci de cette ligne Mantes-Cherbourg est l'engorgement de Mantes causé par le trafic Transilien intense. Mis à part cela, aucun souci particulier.
Il est donc bien évident que le renouvellement d'un matériel en bon état est plus important que l'amélioration du service.
Et puis, pourquoi renouveler le matériel alors que la mise en service de la ligne nouvelle TGV tant promise par le gouvernement ne devrait plus tarder ?
Bref, encore une aberration politique.

gx107
Nouveau

Masculin Nombre de messages : 9
Date de naissance : 30/06/1916
Age : 100
Localisation : France
Date d'inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Auriom le Lun 2 Mai 2016 - 9:11

gx107 a écrit:Et puis, pourquoi renouveler le matériel alors que la mise en service de la ligne nouvelle TGV tant promise par le gouvernement ne devrait plus tarder ?
Euh...

Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1285
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 35
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'avenir des trains Intercités normands

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum