Tramway : Caen et Nancy s’unissent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tramway : Caen et Nancy s’unissent

Message par Julien-Twisto le Jeu 3 Fév 2011 - 13:02

Voici un article du journal hebdomadaire "Côté Caen" parut le 2 Février 2011 avec comme sujet les Trams de Caen et de Nancy.
J'espère que cet article vous feras plaisir.

Article Tram Caennais et Nancéien :

http://www.cotecaen.fr/2011/02/03/tramway-caen-et-nancy-sunissent/

Tram de Nancy :

http://www.cotecaen.fr/2011/02/03/%C2%AB-a-nancy-pour-la-ligne-2-ce-sera-le-bus-%C2%BB/
avatar
Julien-Twisto
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 518
Date de naissance : 10/06/1993
Age : 24
Localisation : Caen
Signature : Réseau Twisto
Date d'inscription : 19/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tramway : Caen et Nancy s’unissent

Message par Phil14 le Ven 4 Fév 2011 - 17:12

La seule et sage solution est d'opté pour un tramway "type Besançon".
avatar
Phil14
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 395
Date de naissance : 09/06/1973
Age : 44
Localisation : Caen
Date d'inscription : 08/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tramway : Caen et Nancy s’unissent

Message par Julien-Twisto le Jeu 17 Fév 2011 - 19:04

avatar
Julien-Twisto
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 518
Date de naissance : 10/06/1993
Age : 24
Localisation : Caen
Signature : Réseau Twisto
Date d'inscription : 19/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Une bonne synthèse dans "Mobilicités"

Message par Auriom le Lun 21 Fév 2011 - 21:24

A la une de Mobilicités cette semaine :

Mobilicités a écrit:Nancy et Caen au chevet de leur tramway sur pneus
18 février 2011

Caen et Nancy viennent de signer une convention de partenariat pour tenter de soigner les problèmes de fiabilité du tramway sur pneus fabriqué par Bombardier. Les deux seules villes au monde à avoir choisi ce mode de transport vont le maintenir sous perfusion pendant une dizaine d'années.


Le TVR de Caen construit par Bombardier, comme celui de Nancy. © Ch. Recoura

Les échecs et les peines rapprochent parfois plus que les succès et les joies. Caen et Nancy en savent quelque chose. Les deux seules villes au monde à avoir choisi le TVR, le tramway sur pneus développé par Bombardier, ont décidé d'unir leurs efforts pour maintenir en vie, pendant encore une dizaine d'années, un mode de transport qui souffre d'une maladie chronique depuis sa naissance.

C'est en effet en février 2000 que Nancy mettait en service ce concept de tramway sur pneus qui devait, disait-on à l'époque, présenter une alternative économique au tramway sur rail. Une aubaine pour les villes moyennes comme Nancy, puis Caen qui emboitaient le pas à la cité dirigée par André Rossinot.
Mais, peu après son inauguration, le TVR de Nancy est arrêté pour des raisons de sécurité. Une pause qui durera plus d'un an. La reprise d'exploitation est laborieuse, les pannes se multiplient dans les deux villes et les coûts de maintenance explosent.

Un rapport, commandé par le ministère de l'Ecologie et rendu public à l'automne 2010, estime que le nombre d'heures de maintenance est dix fois supérieur à celui qui était prévu, et que son coût d'exploitation est un gouffre.

A bout de souffle mais une réussite commerciale

Le TVR est à bout de souffle moins de dix ans après sa mise en service, pourtant malgré cet échec technique, c'est une réussite commerciale. A Nancy, il transporte 45 000 voyageurs par jour, soit 40% de la fréquentation totale du réseau.
Donc, pas question de le démonter et de le remplacer par un autre système, du moins à court terme. La solution préconisée par les auteurs du rapport est de le faire durer encore au moins dix ans grâce à de grandes révisions et un rétrofit qui amélioreront sa fiabilité.

Coût de ces grandes manœuvres ? 750 000 euros par véhicule soit, près de 38 millions d'euros pour le parc de véhicules de Nancy et de Caen. L'Etat, qui a fortement incité les deux villes à se lancer dans cette aventure du TVR, pourrait mettre la main à la poche, comme le préconisent les auteurs du rapport.

Quelles évolutions possibles du système ?

L'objet de la convention signée entre les deux villes est donc de mutualiser leurs efforts pour améliorer la fiabilité du matériel et des infrastructures mais aussi réfléchir à leur possible évolution.
Autre objectif, étudier l'opportunité d'un groupement de commandes pour évaluer les hypothèses de remplacement du TVR par un autre système. L'achat de nouvelles rames à Bombardier semble totalement exclu compte tenu du coût exorbitant fixé par le constructeur pour une petite série : cinq millions d'euros par rame, à rapprocher des deux millions unitaires des trams sur fer de Brest et Dijon.

Les efforts des deux villes seront-ils suffisants pour redonner du souffle au TVR ? Ce ne sera pas simple, d'autant que si Nancy vient de choisir le Bus à haut niveau de service (BHNS) pour équiper la deuxième ligne forte de son réseau de transport urbain, Caen doit acheter d'urgence des nouvelles rames pour faire face à la saturation de son réseau, et réaliser des extensions de ligne.

Robert Viennet (Transport Public)



Innovations à risque

Le TVR n'est pas le seul matériel innovant confronté à un échec. Et encore ne s'agit-il que d'un demi échec puisqu'il roule, et transporte chaque jour des dizaines de milliers de personnes.

Cela n'a pas été pas le cas pour le SK, système guidé par cable, qui devait desservir les aérogares de Roissy et qui a été abandonné en 1999 après plus de sept ans de tentatives de mise au point et quelque 150 millions d'euros engloutis.

Même échec pour le trottoir roulant rapide de la gare Montparnasse qui devait transporter des piétons à 11 km/h, trois fois plus vite qu'un trottoir roulant classique, abandonné en 2009.

Pour autant, sans innovation et sans prise de risque des constructeurs et des élus, le transport public n'en serait pas ou il en est aujourd'hui. A Bordeaux, si Alain Juppé n'avait pas pris le risque d'implanter sur son réseau de tramway la captation du courant par le sol, Alstom n'aurait peut-être jamais pu mettre au point cette technologie qui permet de faire passer les tramways dans des quartiers historiques sans les défigurer.
Long, coûteux, difficile, mais aujourd'hui, Alstom propose cette solution dans son catalogue.
avatar
Auriom
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 1342
Date de naissance : 05/09/1981
Age : 36
Localisation :
Date d'inscription : 28/03/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tramway : Caen et Nancy s’unissent

Message par TCN54 le Jeu 24 Fév 2011 - 8:02

Ce soir à la CUGN communauté urbaine de Nancy, parmi les sujets abordés, un débat sur une convention avec Viacités.

TCN54
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 41
Date de naissance : 30/07/1953
Age : 64
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 07/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tramway : Caen et Nancy s’unissent

Message par Julien-Twisto le Jeu 24 Fév 2011 - 20:17

Exclusif. Fiabilité du tramway : le constructeur répond
Mardi 22 février 2011

Alors que Caen et Nancy viennent de signer une convention de partenariat pour faire face, ensemble, aux pannes et problèmes à répétition que connaissent leurs tramways (lire notre article, en cliquant ici), le constructeur canadien, Bombardier, a choisi Côté Caen pour s’expliquer.

Quelles sont vos activités principales, aujourd’hui ?
Le site français de Bombardier Transport, dans le Nord, près de Valenciennes, emploie environ 2 000 salariés dont 500 ingénieurs et cadres qui conçoivent et fabriquent des trains pour la SNCF, la RATP et les Régions. Bombardier Transport est le leader mondial du secteur ferroviaire.

Comment gérez-vous vos tramways, à Caen et Nancy ?
A Caen et Nancy, Bombardier Transport a construit 49 tramways sur pneus (24 à Caen et 25 à Nancy). Le TVR (Transport sur voie réservée) de Caen a été mis en service le 18 novembre 2002 (c’était le 8 décembre 2000, à Nancy). Les principales caractéristiques du TVR sont un guidage par rail central encastré avec possibilité de circuler aussi en mode routier (en électrique ou en thermique). Ses principaux atouts par rapport aux trams fer et bus sont à la fois de franchir des pentes supérieures à 10 % ; de négocier des courbes de 12 mètres de rayon, et de pouvoir assurer la maintenance dans des ateliers et dépôts communs avec le réseau de bus.
« Ne pas négliger la maintenance, comme les voitures… »
Bombardier Transport a terminé son activité opérationnelle de maintenance à Nancy le 31 mars 2009. Cette mission est à présent exercée en direct par une filiale du groupe Veolia Transport pour le compte de la Communauté Urbaine du Grand Nancy (CUGN). La CUGN a confié une mission d’assistance technique à Bombardier Transport pour encore quelques années. A Caen, Viacités, le syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération, a retenu deux concessionnaires jusqu’en 2032 : Keolis est concessionnaire de service public pour l’exploitation et la maintenance des bus et tramways (uniquement la maintenance courante pour les tramways…) ; et STVR est concessionnaire de travaux publics pour la construction du réseau et du TVR, puis l’entretien des installations fixes du réseau et du tramway (hors maintenance courante pour le tramway). Et Bombardier Transport est simplement un des actionnaires de STVR…
Caen et Nancy, les deux seules agglomérations à avoir fait le choix de votre TVR critiquent fortement sa « fiabilité », que leur répondez- vous ?
Un récent rapport de l’État a souligné d’une part que le niveau de sécurité était bien sûr satisfaisant et d’autre part que ce système pouvait durer encore au minimum une dizaine d’années sur les deux réseaux. Il recommande d’améliorer sa fiabilité grâce aux propositions de modernisation de la flotte, mais aussi sans négliger la maintenance classique et les gros entretiens. Des actions préventives audelà d’un certain kilométrage et/ou âge des véhicules, comme pour les révisions des automobiles… Le TVR a été un système innovant soutenu par les pouvoirs publics car il se situait dans une gamme intermédiaire de transport de voyageurs entre les bus et les tramways fer classiques, bien adapté dans des agglomérations de taille moyenne. Les objectifs contractuels d’origine fixés par l’ensemble des partenaires étaient très ambitieux en matière de disponibilité et de fiabilité, alors qu’il n’y avait aucun retour d’expérience. La réalité observée à Caen montre que la disponibilité technique réelle de la flotte est généralement bonne (autour de 99 % en moyenne) alors que la fiabilité est inférieure aux objectifs mais néanmoins en sensible amélioration depuis quelques années. C’est la qualité des opérations de maintenance courante, du gros entretien (prévu contractuellement) et de la modernisation (non encore décidée par Viacités) qui aideront à aller plus loin.

Comment imaginez-vous l’avenir du tramway Bombardier, dans ces deux villes ?
Dans les deux villes, le succès de fréquentation du TVR est indiscutable et constitue un motif de satisfaction pour tous les partenaires. L’avenir du tramway dans ces deux villes ne devrait pas poser de problème majeur si l’ensemble des partenaires suit les recommandations de l’Etat, en dépit de la complexité contractuelle de la situation caennaise qui ne simplifie pas les choses. Bombardier Transport se félicite de la collaboration entre Caen et Nancy pour mieux partager leurs expériences et probablement prendre des décisions concrètes dans les années à venir. Il fera ses meilleurs efforts pour accompagner les deux collectivités dans le champ de leurs compétences respectives.

« Il faut engager des procédures ». Dans un communiqué diffusé vendredi dernier, le maire MoDem d’Hérouville Saint-Clair, Rodolphe Thomas, demande au syndicat mixte des transports en commun, Viacités, « d’engager tous les recours possibles pour défendre les intérêts des habitants de l’agglomération caennaise ». Cela fait des années que nous « subissons de plein fouet les défaillances techniques du matériel Bombardier qui mettent en péril la sécurité des agents et des usagers, insiste-t-il. Il appartient à Viacités d’engager les procédures utiles contre Bombardier pour obtenir la garantie du constructeur sur l’absence de fiabilité du matériel et sur les coûts de maintenance qui interrogent sur la non-conformité du système aux prévisions initiales… »
La réponse d’Eric Vève, le président de Viacités. “S’il est vrai que la maintenance du TVR –sur laquelle portait l’expertise ordonnée par le tribunal administratif de Caen – coûte 4 fois plus cher que ce qui était prévu initialement, Rodolphe Thomas sait-il que notre collectivité ne paie pas un centime d’euro de ce surcoût ? Ce sont en effet nos deux concessionnaires qui en assument intégralement la charge ! De même, a-t-il connaissance de la durée possible du procès qu’il recommande ? Celui-ci pourrait durer entre 8 à 10 ans avant de disposer d’une décision de justice définitive. Je ne pense pas qu’un seul usager accepterait d’attendre un délai aussi long pour voir la situation du TVR s’améliorer ! C’est la raison pour laquelle nous privilégions la voie du dialogue avec nos concessionnaires. Si celui-ci devait ne pas aboutir au cours de cette année, il sera temps, alors, d’engager un contentieux…”
avatar
Julien-Twisto
Passionné(e)s

Masculin Nombre de messages : 518
Date de naissance : 10/06/1993
Age : 24
Localisation : Caen
Signature : Réseau Twisto
Date d'inscription : 19/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tramway : Caen et Nancy s’unissent

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum